Témoignage d’Elise (4)

6 Déc

Elle m’a dit « je suis prête ça y est, je veux un enfant ». Elle a appelé les cliniques, elle a fait des comparatifs, elle a pris des rendez-vous. Elle m’a accompagnée en Belgique, elle a écouté et questionné le gynécologue et la psychologue, elle a participé pour moitié aux frais. Elle a menacé d’aller s’expliquer avec ma première gynécologue qui, sous couvert de « c’est interdit en France », m’a déversé toute sa haine des homosexuels. Elle m’a trouvé une autre gynécologue, m’a fait rencontrer d’autres parents, m’a questionnée tant et plus sur nos capacités, nos attentes, nos peurs. Elle m’a raccompagnée en Belgique, m’a tenu la main lors de l’insémination, a proposé de me porter jusqu’au train pour augmenter nos chances. Elle a acheté le test de grossesse, a attendu derrière la porte, m’a prise dans ses bras et m’a réconfortée. Elle m’a dit « ce sera pour la prochaine fois »,  les larmes dans les yeux. La prochaine fois, elle n’a pas menti à son employeur, elle n’a plus eu de missions d’intérim.  Elle m’a quand même accompagnée en Belgique, m’a tenu la main, et a encore proposé de me porter jusqu’au train pour augmenter nos chances. Elle m’a dit de ne pas faire le test trop tôt, elle m’a dit  « ce sera pour la prochaine fois », les larmes dans les yeux. Elle est partie voir sa famille, a gardé le silence quand il s’est avéré que le précédent test était vraiment trop tôt puis elle a sauté de joie. Elle l’a annoncé à toute sa famille, elle a voulu prévenir tous ses amis, elle a voulu partager son bonheur avec chaque personne qu’elle rencontrait. Elle m’a écoutée à contre cœur quand je lui ai dit que c’était trop tôt. Elle est rentrée très vite, elle m’a prise dans ses bras et s’est occupée de moi. Elle s’occupe de moi depuis 6 mois, elle fait toutes les tâches ménagères, me porte mes affaires, m’accompagne partout si elle le peut. Elle retient son souffle à chaque échographie, elle les photocopie pour les envoyer à sa mère, elle les décrit au téléphone à son père. Elle tient un cahier de nos repas pour que chaque vitamine et minéraux soient présents en quantité suffisante pour le bébé, elle achète du bio qui nous coûte les yeux de la tête, elle dit « ma fille ». Elle lui chuchote des choses que je n’ai pas le droit d’entendre qui commence par « C’est maman Sylvie ».

Sauf que, pour que la loi l’accepte comme « maman Sylvie », elle devra effectuer une procédure d’adoption.  Elle devra attendre plusieurs années, elle devra répondre aux questions d’une assistante sociale, elle devra  prouver sa parentalité alors qu’elle s’expose aux yeux de tous déjà actuellement.

Elle et moi, nous demandons, au même titre que les couples hétérosexuels ayant recours à une insémination avec donneur, le droit à la FILIATION.

Élise

 

 

Publicités

Une Réponse to “Témoignage d’Elise (4)”

  1. Mariepn 6 décembre 2012 à 23:14 #

    Superbe témoignage, bravo et merci !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :