Témoignage de Marion (15)

15 Déc

J’en ai assez de trembler

Aujourd’hui, j’ai eu à vérifier la fiche  de la base Elèves de deux de mes enfants.
Et je me suis pris une claque : pour l’éducation nationale, je suis une « collatérale », j’occupe la même place que la nourrice, derrière les grands-parents, parce que je n’ai aucun lien de sang ou lien juridique avec eux, alors que je les emmène tous les jours à l’école, je signe leurs cahiers, je discute avec les maîtresses de leur comportement à l’école ! Leur grand-mère le fait-elle ? Non… Ce n’est pas son rôle.

Et en début d’année, je me suis pris une autre claque : je n’ai pas eu le droit de voter aux élections de parents d’élèves… Ce n’est pourtant pas grand chose mais ça m’a profondément blessée qu’on me refuse de m’impliquer dans la vie de l’école alors que je participe à l’éducation de mes enfants autant que ma compagne !

Récemment, j’ai emmené mon fils aîné subir une petite intervention chirurgicale. J’ai signé l’autorisation d’intervenir et les papiers de sortie en tremblant : on aurait pu me refuser de signer ces papiers, car je ne dispose pas de l’autorité parentale. Ce qui m’a sauvé, c’est que les enfants figurent sur ma carte vitale. Et s’il arrivait un accident grave ? Ca arrive avec des enfants turbulents… C’est arrivé… Chaque fois c’est ma compagne qui les a emmenés à l’hôpital. Que se passerait-il si elle n’était pas disponible ?

Mes trois garçons, je les ai voulus avec ma compagne, quoi qu’on dise, ils sont le fruit de notre amour (mais non nous ne mentons pas à nos enfants : il a fallu un gentil donneur pour qu’ils existent et ils le savent très bien).  Après 5 ans de vie commune, comme beaucoup de couples, nous avons souhaité fonder une famille. A la différence de la plupart des couples hétéro, nous nous sommes beaucoup interrogées : sur notre capacité à élever des enfants, sur le regard que portera sur eux une société en retard sur beaucoup d’autres, sur l’absence de père…
Aujourd’hui je suis fière de ma famille, de mes enfants, de ce que nous avons réussi avec ma compagne. Mes enfants m’appellent maman (et ne font aucune confusion entre leurs deux mamans !), mais ils ont du mal à comprendre que je n’aie pas de droits… Et je tremble à l’idée qu’il arrive quelque chose à ma compagne, ou que l’on se sépare…

J’en ai assez de ne pas avoir de statut juridique, de ne pas être reconnue comme parent, de ne pas avoir les mêmes droits que tout parent, de trembler.

Nous ne tenons pas particulièrement à nous marier, nous voudrions avoir le choix comme tout citoyen, nous voudrions que la loi nous reconnaisse comme deux parents sans avoir à passer par une procédure d’adoption longue et lourde et qui plus est tributaire du bon vouloir d’un juge… Mais si c’est la seule voie pour pouvoir adopter MES enfants, alors nous nous marierons. Et nous ferons la fête : nos enfants en rêvent !

Marion, maman d’Augustin (bientôt 8 ans), Niels et Baptiste (5 ans) et en couple depuis 15 ans ! (je crois qu’on peut parler de couple stable…)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :