Témoignage de Stéphanie (18)

19 Déc

Trois combats pour une vie

 

Croyez vous que l’Amour se définisse par un sexe ??

Non …

Si j’avais pu choisir, pensez-vous que j’aurais choisi d’aimer une femme ? Avec toutes les difficultés que cela comporte … oh que non …

C’était mon premier combat : l’acceptation… pour moi mais aussi pour mon entourage.

Mais voilà, c’est ainsi et j’en suis ravie… parce que c’est elle d’abord et qu’elle est merveilleuse et unique… mais aussi parce que cet amour a fait de moi celle que je suis aujourd’hui, une femme qui a pris confiance en elle et surtout, une maman.

Oui c’est elle qui m’a permis de devenir mère… et voilà notre second combat qui pointe le bout de son nez.

Nous avions ce projet, ce formidable projet d’avoir un enfant.

Un projet qui s’est révélé très long à réaliser …

10 ans d’envie viscérale de fonder notre famille, 6 ans de parcours du combattant entre examens médicaux, aller-retour en Belgique, attente, déception pour cause d’échecs répétés, euros dépensés … La douleur et le vide s’accumulent … je suis triste. Profondément. L’attente est interminable, insoutenable. Je le veux tant cet enfant …

Elle reste là, aussi présente sinon plus. Elle souffre aussi, beaucoup, mais en silence pour me protéger. Je sais qu’elle se sent impuissante et qu’elle voudrait soulever des montagnes.

Notre amour est une force et nous porte pour continuer.

Les membres de ma famille, les amis deviennent parents… tout autour de moi : des enfants… tous plus beaux les uns que les autres… et moi ? Et nous ?

Enfin …… oui enfin ce bonheur frappe à notre porte et nous accueillons notre bébé de l’Amour.

Malgré la joie intense, nous nous heurtons aux premières difficultés de famille homoparentale : les non droits pour Elle … Voici notre troisième combat qui commence.

2 jours après la naissance de notre enfant, Elle va à l’Hôtel de Ville déclarer SON fils…

De mon côté, dans ma chambre de maternité, un coup de téléphone… l’agent d’état civil de la Mairie m’appelle. Elle est en face de ma compagne, et me demande de confirmer ce qu’elle est en train de lui expliquer… Elle a beau être en possession d’un papier écrit de la main du médecin obstétricien qui m’a accouchée expliquant sa présence au bloc, près de moi (et de tout ce qui a suivi : le peau à peau durant 2h avec son bébé, les premiers soins, les premiers regards…), mais cela ne sert à rien, il faut que cette personne entende de ma bouche qu’elle a le droit de déclarer son enfant, qu’elle est sa maman.

Combien de temps ce troisième combat durera ? Un an ? Deux ? Dix ? Ou toute une vie ?

Pourquoi ce combat a-t- lieu d’être ?

Qu’y a-t-il de particulier à être un couple qui s’aime et qui désire avoir un enfant ?

Pourquoi notre famille n’est-elle pas reconnue ?

Mais pourquoi ? En quoi cela dérange ? Nous ne demandons qu’à vivre comme les autres, rien de plus, rien de moins …

Ce troisième combat, ne sera pas le plus facile, mais une chose est certaine, nous sommes trois, c’est notre force et nous nous battrons jusqu’au bout pour le remporter.

 

Stéphanie

 

 

Publicités

2 Réponses to “Témoignage de Stéphanie (18)”

  1. grossiord virgile 21 décembre 2012 à 17:48 #

    Je vous encourage dans ce monde de papier qu’il soit feuille ou argent. Tout doit rentrer dans des cases comme si chacun devait être normal! Or ce qui devrait être normal c’est le bonheur de chacun. Mais « On » n aime pas être dérangé. Je vous embrasse toutes les deux et soyez heureuses

  2. stefsofi 2 janvier 2013 à 15:37 #

    Merci mille fois pour ce beau commentaire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :