Témoignage d’Anne (7)

13 Jan

Au lendemain du 6 mai 2012, c’était la joie complète dans notre foyer et mon cœur se gonflait doublement d’espoir : j’apprenais ma grossesse (ma dernière FIV avait marché)  -promesse d’une vie tellement désirée-, et je venais de contribuer à élire un président qui me donnait à croire en des droits nouveaux pour ma compagne et en une meilleure protection de notre enfant à venir.

Enfin, nous voyions le projet parental que nous portions depuis de longues années aboutir sous des horizons plus favorables pour les familles homoparentales. Nous avions passé tant de temps à réfléchir sur notre envie de fonder une famille et sur notre capacité à devenir parents, à nous projeter dans notre vie à 3, à 4 peut être… Que de lectures et de questionnements sur les familles homoparentales nous avions mis en discussion.

Nous avions fini par choisir la méthode qui nous convenait le mieux et avec laquelle nous nous sentions à l’aise pour expliquer à notre futur enfant son histoire et sa conception ;  nous avons opté pour la Procréation Médicalement Assistée avec donneur anonyme et nous nous sommes alors tournées vers l’étranger.

A cinq semaines de l’accouchement, on oublierait presque les trois difficiles années passées à essayer de faire un bébé :

– les nombreux échecs, les déboires médicaux divers, les fausses couches et leurs lots de peines, de douleurs, de découragement,

– le couple qui souffre et qui s’accroche vaille que vaille,

– les finances qui suivent plus ou moins,

– la vie entre parenthèses conditionnée par un départ au pied levé à 1000 km de chez nous pour réaliser une IAD ou une FIV.

Nous avons eu la chance de croiser des professionnels formidables sur notre chemin. Nous avons été accompagnées par une gynécologue spécialisée en PMA qui voyait en face d’elle un couple désireux de construire une famille, qui a besoin d’un coup de pouce -comme ses patients habituels- et elle a toujours cherché avec nous le meilleur moyen d’aboutir à une grossesse. Nous nous sommes senties pleinement accueillies et reconnues en tant que futur couple parental dans les cliniques qui nous ont ouvert leurs portes en Belgique, comme en Espagne.

Aujourd’hui, nous nous sentons reconnues toutes les deux en tant que parents dans nos premières démarches de mamans. Nous sommes allées ensemble inscrire notre fille à la crèche, et nous avons été reçues comme les deux parents de notre enfant à naître. Tout au long du suivi de la grossesse, le corps médical s’est adressé au couple parental que nous formons avec professionnalisme et bienveillance ; nous ne nous sommes pas sentis des parents différents, mais juste des parents.

Néanmoins, j’ai demandé à la sage-femme qui fait la préparation à l’accouchement, comme à la gynécologue qui me suit à l’hôpital depuis le début de la grossesse, de bien vouloir rédiger une attestation pour prouver le cas échéant l’implication de ma compagne dans la grossesse, expliquant à chaque fois pourquoi ce papier peut être important pour notre famille. Je vais également  rédiger un testament, où je spécifierai qu’au cas où je décèderais je demande à ce que ma compagne soit nommée tuteur légal de mon enfant à naître. Etc…. Nous devons faire tout cela, bien que nous soyons déjà reconnues en tant que parents dans notre quotidien, car légalement à ce jour je suis le seul parent de notre enfant…

Notre fille viendra au monde en janvier 2013, au moment où sera examiné le projet de loi sur le mariage pour tous, la boucle pourrait être bouclée… et pourtant, depuis quelques  semaines j’ai juste envie de fermer ma radio, ma télé, mon ordi, car je ne supporte plus d’entendre des horreurs sur la famille que nous tentons de construire depuis plusieurs années, je ne supporte plus que ma fille soit rejetée avant même d’être née, je ne supporte plus que tant d’homophobie puisse se répandre si facilement dans les médias…

Ce sera notre travail de parents de la protéger de ces jugements qui existent dans la société, mais mesdames et messieurs les députés c’est à vous de fournir le cadre légal que nous attendons pour notre famille ; faites que sa famille et sa filiation soient reconnues, et ensemble nous laisserons moins de champ à l’homophobie et à la haine.

 

Anne

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :