Témoignage de Sandra (62)

20 Jan

En grandissant, je me suis vite sentie « différente », ou plutôt décalée, pas tout à fait à ma place. Très seule aussi. Il m’a fallu presque trente ans pour admettre la raison de mon mal-être. Il y a eu l’anorexie, la boulimie. Il y a eu des accès dépressifs et ces cachets cachés sous mon matelas pendant longtemps, pour pouvoir en finir. Je pleurais la nuit, planquée au fond de mon lit. Le chemin était trop long, trop escarpé, je n’en voyais pas le bout. Ma vie était complètement dans le noir et si je n’ai pas lâché prise, c’est uniquement par amour pour mes parents, parce que je ne voulais pas leur faire ce mal atroce.

Et puis elle est arrivée, celle dont je suis tombée amoureuse et qui a fait voler en éclats tous les murs qui barraient ma route. J’ai enfin pu renaître. Les personnes qui me connaissaient « avant » n’en revenaient pas. Je n’étais plus la même. J’étais libérée, heureuse, et ça changeait tout.

Quand j’entends la violence des mots proférés sans complexe ces derniers mois, je revois l’ado que j’étais. Cela aurait achevé de me désespérer… Je pense aux jeunes qui ont vu ces images, ces pancartes ignobles, et j’ai envie de hurler. Ces gens si propres sur eux, savent-ils qu’un jeune homosexuel sur quatre tente de se donner la mort ? À cause de l’image négative de l’homosexualité dans notre bonne société française et des rejets vécus, notamment en milieu scolaire.

Savent-ils que le Refuge, association qui vient en aide à ces jeunes en détresse, est submergé d’appels depuis novembre dernier ? Ça ne leur fait rien à ces bienpensants gonflés de moralité ? Non. Ils sont au-dessus de « ça » et investis d’une haute mission. D’ailleurs, leurs enfants qu’ils emmènent dans la rue brandir des pancartes homophobes ou au mieux qui rejettent l’Autre ne finiront pas homos. Ça ne leur effleure même pas l’esprit. Quelle hérésie, mon Dieu !

Seulement voilà, ils n’en savent rien en fait… Et le jour où il ne restera à certains d’entre eux que leurs yeux pour pleurer, ce sera trop tard. Mes parents pensaient avoir failli dans leur éducation, avoir raté quelque chose avec moi. Au contraire, ils m’ont donné la force de m’assumer, même si ça a pris du temps (mais ça, c’est mon côté têtu !) et ils peuvent en être fiers.

Aujourd’hui, je regarde notre fille, un petit soleil de 6 ans. Elle rayonne, elle est heureuse, elle sourit tout le temps et est à l’aise partout, bien dans ses baskets.

Je me suis fait une promesse le jour où elle est née : qu’elle ne doute jamais que ses parents l’aiment comme elle est. Et je ne laisserai personne ternir son éclat.

Vous qui vous autoproclamez défenseurs de l’enfant, ne voyez-vous pas que votre parole est à l’exact opposé de ce que prêchait votre Jésus ? Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Sauf les catégories mentionnées ci-dessous? Laissez venir à moi les petits enfants. Seuls ceux nés dans une famille avec un papa, une maman, un labrador et qui boivent l’ami Ricoré tous les matins ?!

Et figurez-vous qu’ils vont très bien, nos enfants. Ceux élevés par des parents homos et devenus adultes en témoignent, les nombreuses études sur le sujet le disent, mais aussi nos familles, nos amis hétéros, les parents des copains de nos enfants, les professionnels comme les psys, les médecins ou encore les instits et les animateurs que nous côtoyons comme tout autre parent. Si nos enfants risquent d’aller mal, c’est en entendant les messages nauséabonds que vous véhiculez, notamment auprès de vos têtes blondes qui, à leur tour, rejetteront nos enfants. J’exagère ? Détrompez-vous ; cela a déjà commencé dans les cours d’école et c’est entièrement de votre faute.

Alors oui, je suis en colère ! Ouvrez les yeux, à défaut du cœur. Nous ne demandons rien d’autre que le droit de vivre, d’aimer et de protéger ceux que nous aimons sans nous sentir de trop ou juste tolérés, citoyens et parents de l’ombre.

Sandra

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :