Témoignage de Céline (n°77)

20 Sep

Mon ex compagne a fait en juin une demande de dérogation sans m’en avertir ni me concerter,  pour changer une nouvelle fois ma fille d école. Je l’ai appris en me présentant, à l’époque, dans la future école de ma.fille . L’école n avait  aucune connaissance de mon existence.

Ayant la délégation partielle de l’autorité parentale , après plusieurs courriers, coup de téléphone, auprès de l académie, rectorat, mairie, communauté de commune  …. j ai.réussi à annuler la demande de dérogation pour que ma fille reste dans son école habituelle.

Jeudi, jour de la rentrée scolaire, je me suis présentée à son école avec ma mère et ma compagne, j’étais très heureuse de revoir ma fille dont je n avais aucune nouvelle depuis le trois août que ce soit par téléphone ou de visu.
Après de longues minutes d attente ma fille n était toujours pas arrivée bien qu’ elle était bien inscrite sur la liste de rentrée. J’ai demandé  aux mamans, à l’institutrice ….si elles savaient ou avaient eu des nouvelles de ma puce ….rien personne. J’ai envoyé un message à  mon ex pour savoir mais toujours sans réponse (comme à son habitude )…

Très inquiète  de la situation ,je me suis.rendue à la.gendarmerie qui a essayé de la contacter mais en vain.
J ai téléphoné à plusieurs écoles des environs pour savoir si ma fille était scolarisée chez elles, et enfin j’ai réussi à trouver  où mon ex avait décidé de scolariser ma fille malgré qu’elle n’avait pas eu de dérogation.
Je me suis de nouveau rapprochée de l’inspection d’académie qui m’a conforté dans mes droits en me disant que ma fille  devait bien rester dans son école d’origine et mon ex n’avait pas le droit de la déscolariser.
La mairie, l’inspection d’académie, le rectorat ont tous dit et confirment que sans mon accord, mon ex ne pouvait pas prendre de décision sur la scolarité de ma fille  sans me concerter,

Ce qui me fit du bien moralement  d’être enfin écoutée après trois ans de combat.

A ce jour ma fille est scolarisée dans son école avec ses amies malgré que mon n’ex ne soit pas d accord avec la décision du rectorat  et de ses instances.

Il est vrai que devoir se faire entendre et se « battre » au quotidien est très difficile parfois mais je ne lâcherai pas, pour ma fille.

je voulais te transmettre ce.message pour dire.qu’ il ne faut pas désespérer quand on pense que toutes les portes nous sont fermées et que le droit triomphe parfois.

Céline

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :