Archive | Articles RSS feed for this section

Des paillettes dans nos vies (CP du 30-09-19)

7 Oct
Des paillettes dans nos vies

 Alors que les débats débutaient à l’Assemblée nationale, le 25 septembre dernier, les Enfants d’Arc en Ciel, l’asso ! a lancé une opération sur les réseaux sociaux.

Le principe est de poster des visuels qui montrent le bonheur de nos familles, présentes ou à venir accompagnées des 3 hashtags #despaillettesdansnosvies #pmapourtoutes #6octobre 

Cette action s’adresse à  toute personne qui soutient l’ouverture de la PMA à toutes les femmes.

 La PMA fait couler beaucoup d’encre et naître de nombreux fantasmes. Plus encore, elle va de nouveau faire descendre ses opposants dans la rue le 6 octobre prochain. Pour nous et nos familles, c’est ce qui a mis des paillettes dans nos vies !

Face aux craintes et à l’intolérance envers la PMA, affichons-en les réalités de vie : de l’amour, des sourires d’enfants, des moments de complicité, des moments de partage en famille et entre amis, toutes ces choses qui font les petits et grands bonheurs du quotidien.

Le rôle de notre association, reconnue d’’intérêt général, est notamment de lutter contre l’isolement et la solitude des familles LGBTparentales.

Au delà de notre volonté de continuer à visibiliser ces familles (pour faire changer les mentalités et avancer leurs droits) et de démontrer ce qu’est concrètement la PMA (nos enfants ne sont pas des théories) ; par cette action, nous avons souhaité créer du lien et permettre aux familles concernées de partager leur bonheur.

Grâce aux réseaux sociaux, nous avons pensé qu’il serait bon de vivre cette période difficile ensemble en provoquant un élan de soutien. Car oui, il est douloureux pour les familles de passer chaque jour devant les affiches de la « Manif pour tous », d’affronter les discussions entre collègues ou dans les cours d’écoles, d’entendre certains propos tenus par les élus de la République…

Nous invitons donc toute personne qui soutient l’ouverture de la PMA à tou.te.s à partager avec nous sur les réseaux sociaux, dès maintenant et le 6 octobre, des images de ce qui  rend heureux : des moments de convivialité, des petits clins d’œil, des instants de joie, tout ce qui met des paillettes dans nos vies.

Cette démarche n’a pas pour but d’appeler à contre-manifester mais à se retrouver sur les réseaux sociaux, ainsi que le dimanche 6 octobre lors de rencontres conviviales, et de partager ces moments accompagnés des hashtags : #despaillettesdansnosvies #pmapourtoutes #6octobre

En quelques jours, ces hashtags ont déjà vu fleurir de nombreuses photos et de nombreux messages émouvants démontrant notamment la diversité des familles et la naissance d’une réelle chaine de soutien !

Nous appelons les médias à saisir cette opportunité : l’équité doit être respectée, cette semaine, et plus particulièrement dimanche, la « Manif pour tous » ne sera pas la seule à bénéficier de la visibilité médiatique !

Contact presse : Céline CESTER, présidente – 06 75 04 96 42 – contact@enfants-arcenciel.org

FAQ: PMA et filiation

28 Sep
Ces dernières semaines, vous avez certainement lu et entendu beaucoup de chose concernant la loi bioéthique, la PMA pour toutes et la filiation.

De nombreuses questions se posent, en voici quelques-unes avec les réponses que nous pouvons vous apporter aujourd’hui :

 

– La déclaration Anticipée de Volonté (DAV) a-t-elle était abandonnée ? Oui et non :

Oui, le nom « Déclaration Anticipée de Volonté (DAV) » a été abandonné, ainsi que son placement dans un nouveau titre du Code civil, le titre VII bis, qui aurait été créé pour l’occasion.

Non, à part que le nom a changé et que ce soit dans le titre VII du Code civil, comme pour l’établissement habituel de la filiation pour les hétéros, c’est la même chose.

 

– Quelle solution a-t-elle été retenue par la Commission spéciale concernant la filiation ?

 

C’est l’amendement proposé par la Ministre de la Justice lundi 9 septembre qui a été retenu : la « reconnaissance conjointe de l’enfant à naître ». Les couples de lesbiennes, mariées ou non, devront effectuer une reconnaissance anticipée de l’enfant devant notaire. Ce document sera signé en même temps que le consentement au don mais comme tout acte notarié il aura un coût.

Cette déclaration apparaîtra sur l’acte de naissance de l’enfant mais la mention PMA n’y figurera pas. Cependant, comme la « reconnaissance conjointe de l’enfant à naître » sera réservée aux enfants conçus par PMA au sein des couples de lesbiennes, on pourra aussi en déduire la conception par PMA.

 

– Est ce que cette reconnaissance conjointe de l’enfant à naître est réservée aux lesbiennes ?

 

Oui, c’est une mesure spécifique qui ne concernera que les couples de femmes. Elle n’est pas l’équivalent du droit commun. Les hétéros ont la possibilité de faire une reconnaissance anticipée, mais cette démarche se fait en mairie.

L’extension du droit commun ce serait permettre, comme pour les couples hétérosexuels non mariés, aux couples homosexuels non mariés de déclarer la naissance de leurs enfants par reconnaissance volontaire en mairie, tandis que les parents mariés bénéficieraient d’une présomption de parenté calquée sur l’actuelle présomption de paternité.

 

– Est ce que cette reconnaissance sera possible pour les personnes ayant recours à une insémination artisanale ?

 

Non, cette démarche ne sera possible qu’en cas de PMA.

 

– Est ce que cette reconnaissance sera possible en cas de PMA réalisée à l’étranger ?

 

Il est envisagé que le consentement au don signé dans une clinique étrangère puisse être homologué par un notaire ou un juge en France afin de permettre la reconnaissance anticipée mais pour le moment nous n’avons aucune certitude sur ce point.

 

– Est ce qu’une solution est prévue pour les enfants nés avant le passage de cette loi ? 

 

Nous œuvrons pour que des solutions soient proposées à ces enfants. L’ouverture de la possession d’état aux lesbiennes pourrait être une option.

La possibilité pour les couples de même sexe de faire établir la filiation par possession d’état pourrait protéger les enfants, notamment pour les situations où les parents de même sexe sont séparés.

Notons à ce propos que l’esprit-même de la filiation par possession d’état est d’établir un lien de filiation entre un adulte et un enfant ayant une relation filiale, sans qu’il y ait lieu de chercher une vraisemblance biologique (même l’existence passée ou présente d’une relation de couple avec le parent légal n’est pas requise) : la filiation par possession d’état pourrait donc tout à fait être appliquée aux parents homosexuels non statutaires.

 

– Pourquoi les EAC ne sont pas satisfaits par cette reconnaissance anticipée ?

 

Car il constitue la création d’un mode d’établissement de la filiation spécifique aux couples de femmes. La solution proposée ne permet toujours pas d’atteindre l’égalité que nous réclamons.

L’égalité c’est nous donner les mêmes droits, les mêmes possibilités de protéger nos enfants dès la naissance, ce n’est pas créer des droits différents.

Etendre le système existant aujourd’hui pour les couples hétéros aux couples de femmes ne porterait atteinte à personne ! Pour les familles LGBTparentales, la solution proposée n’est pas une simple distinction juridique, elle maintient une inégalité. C’est pourquoi Les Enfants d’Arc en Ciel, l’asso ! ne crie pas victoire et poursuit le combat pour l’égalité.

 

– Quelle est la revendication des EAC concernant la filiation et pourquoi ?

 

Les Enfants d’Arc en Ciel, l’asso ! revendique une réforme de la filiation. En effet, une autre solution serait de réformer réellement le droit de la filiation afin de mettre en place un dispositif unique permettant la protection de tous les enfants. Sans procédure judiciaire et indépendamment du genre et du statut matrimonial des parents. Cette solution, c’est l’établissement de la filiation par reconnaissance volontaire en mairie, telle qu’elle se fait actuellement pour les couples hétérosexuels non mariés, et qui pourrait être étendue à tous.

Un mode d’établissement de la filiation unique, basé sur l’engagement parental.

 

– Quand connaîtrons-nous précisément le contenu de la loi et quand sera-t-elle votée définitivement ?

 

Les deux questions vont de pair. Nous connaîtrons le contenu exact de la loi une fois qu’elle sera définitivement votée. L’examen de la loi commence au parlement le 24/09/2019. Le texte va faire la navette entre l’assemblée et le parlement avant d’être adopté. Cela peut prendre plusieurs mois.

 

– Quand les lesbiennes pourront-elles démarrer un parcours PMA en France ?

 

Certainement pas avant quelques années, mais il est difficile de prévoir quand avec exactitude. Une fois la loi adoptée, il faudra qu’elle soit mise en œuvre sur le terrain, à cela s’ajoutera les délais de prise en charge des centre de PMA qui sont déjà assez élevés actuellement.

 

– Mon enfant va naître dans les mois à venir, est ce que cette loi va changer quelques choses pour notre famille ?

Tant que la loi n’entre pas en application, rien ne change concernant les démarches à effectuer. Actuellement, le seul moyen d’établir la filiation de la mère sociale est de se marier et de déposer une demande d’adoption plénière de l’enfant du conjoint.

 

Communiqué de presse des EAC

12 Sep

Le 12.09.2019- Communiqué de presse

Au revoir la Déclaration Anticipée de Volonté (DAV), bonjour la reconnaissance anticipée de maternité.

Lors de son audition par la Commission Spéciale, Nicole Belloubet a annoncé que les couples de femmes qui auraient recours à une PMA n’auraient pas à effectuer de Déclaration Anticipée de Volonté.

Cela sonne comme une bonne nouvelle, mais en réalité, la solution proposée ne permet toujours pas d’atteindre l’égalité que nous réclamons.

La reconnaissance prénatale qu’évoque la Ministre reste un mode d’établissement de la filiation uniquement réservé aux couples de femmes.

Par ailleurs, cette démarche s’effectuera devant un notaire, elle entrainera donc des frais supplémentaires pour nos familles.

De plus, sur l’acte de naissance de l’enfant, il sera indiqué que les deux mères ont reconnu l’enfant devant notaire.

La ministre joue sur les mots, mais le fond du problème reste le même : la création d’un mode d’établissement de la filiation spécifique aux couples de femmes.

L’égalité c’est nous donner les mêmes droits, les mêmes possibilités de protéger nos enfants dès la naissance, ce n’est pas créer des droits différents.

Comme nous l’indiquions dans notre Communiqué de Presse du 04.09.19, l’extension du droit commun ce serait permettre, comme pour les couples hétérosexuels non mariés, aux couples homosexuels non mariés de déclarer la naissance de leurs enfants par reconnaissance volontaire en mairie, tandis que les parents mariés bénéficieraient d’une présomption de parenté calquée sur l’actuelle présomption de paternité.

Tous les couples faisant appel à une PMA avec tiers donneur feraient, en outre, établir par le notaire un acte de consentement au don, comme c’est déjà le cas actuellement, indépendamment de leur genre et de leur orientation sexuelle.

Etendre le système existant aujourd’hui pour les couples hétéros aux couples de femmes ne porterait atteinte à personne !

Pour les familles LGBTparentales, la solution proposée n’est pas une simple distinction juridique, elle maintient une inégalité.

C’est pourquoi Les Enfants d’Arc en Ciel, l’asso ! ne crie pas victoire et poursuit le combat pour l’égalité.

Contact presse : Céline CESTER, présidente – 06 75 04 96 42 – contact@enfants-arcenciel.org

Communiqué de presse des EAC

12 Sep

Le 04.09.2019

Communiqué de presse

Les Enfants d’Arc en Ciel, l’asso ! est contre la Déclaration Anticipée de Volonté (DAV), mais propose des solutions !

Le projet de Loi bioéthique prévoit de créer un nouveau mode d’établissement de la filiation : la Déclaration Anticipée de Volonté (DAV). Cette nouveauté nous paraissant inégalitaire et discriminante, nous défendons l’idée d’étendre simplement les dispositions en vigueur aujourd’hui pour les couples hétérosexuels ayant recours à une PMA et d’organiser plus globalement une vraie réforme de la filiation.

La mise en place de la DAV consisterait, pour les couples lesbiens, à ce que les deux mères s’engagent, avant la naissance de l’enfant, à devenir parents. Cette déclaration serait mentionnée sur l’acte de naissance intégral des enfants.

La filiation et le biologique sont deux choses distinctes. Selon nous, l’état civil ne concerne que la filiation. Un donneur de gamètes n’est pas un parent. Aussi son intervention dans la conception d’un enfant n’a aucune raison d’être stipulée via l’acte de naissance de celui-ci. Au risque d’entretenir une confusion sur la place de chacun.

Les enfants issus d’une PMA sont des citoyens comme les autres, ils n’ont pas à avoir une mention spéciale sur leur acte de naissance, que leurs parents soient homosexuels ou hétérosexuels.

Outre le fait que cette mesure serait encore une fois inégalitaire (puisque c’est oublier un peu vite que les enfants des familles LGBTparentales ne sont pas tous conçus par PMA, certains enfants seraient donc, à nouveau, complètement oubliés), il n’y a par ailleurs aucune raison d’imposer à nos enfants une telle disposition stigmatisante.

La DAV n’est pas le seul moyen d’établir la filiation à la naissance.

Les Enfants d’Arc en Ciel, l’asso ! soutient l’élargissement du droit commun

Ainsi, comme pour les couples hétérosexuels non mariés, les couples homosexuels non mariés pourraient déclarer la naissance de leurs enfants par reconnaissance volontaire en mairie, tandis que les parents mariés bénéficieraient d’une présomption de parenté calquée sur l’actuelle présomption de paternité.

Tous les couples faisant appel à une PMA feraient, en outre, établir par le notaire un acte de consentement à la PMA, comme c’est déjà le cas actuellement, indépendamment de leur genre et de leur orientation sexuelle.

La possibilité pour les couples de même sexe de faire établir la filiation par possession d’état pourrait également protéger les enfants, notamment pour les situations où les parents de même sexe sont séparés.

Notons à ce propos que l’esprit-même de la filiation par possession d’état est d’établir un lien de filiation entre un adulte et un enfant ayant une relation filiale, sans qu’il y ait lieu de chercher une vraisemblance biologique (même l’existence passée ou présente d’une relation de couple avec le parent légal n’est pas requise) : la filiation par possession d’état pourrait donc tout à fait être appliquée aux parents homosexuels non statutaires.

Les Enfants d’Arc en Ciel, l’asso ! revendique une réforme de la filiation

Une autre solution serait de réformer réellement le droit de la filiation afin de mettre en place un dispositif unique permettant la protection de tous les enfants. Sans procédure judiciaire et indépendamment du genre et du statut matrimonial des parents. Cette solution, c’est l’établissement de la filiation par reconnaissance volontaire en mairie, telle qu’elle se fait actuellement pour les couples hétérosexuels non mariés, et qui pourrait être étendue à tous.

Un mode d’établissement de la filiation unique, basé sur l’engagement parental.

Quelle que soit la solution adoptée, nos familles, nos enfants, méritent la protection par une filiation égalitaire dès la naissance : une filiation pour tous les enfants, protégeant leurs liens avec leurs parents quel que soit leur mode de conception, et sans distinction de genre, d’orientation sexuelle ou de statut matrimonial des parents, accessible aux enfants nés avant le passage de la loi ainsi qu’aux couples réalisant leurs PMA à l’étranger.

Plus aucun enfant ne doit être stigmatisé, plus aucun enfant ne doit être laissé sur le bord du chemin.

Contact presse : Céline CESTER, présidente – 06 75 04 96 42 – contact@enfants-arcenciel.org

Communiqué des presse des EAC

23 Juil
À l’heure où la révision sur la Loi de bioéthique s’apprête à être présentée en Conseil des Ministres et où, très logiquement, médias et experts multiplient les articles et points de vue sur l’une des questions phares de la loi – la PMA (Procréation Médicalement Assistée) – les Enfants d’Arc en Ciel, l’asso ! souhaite présenter son opinion sur le sujet, et plus généralement ré-affirmer son engagement auprès de toutes les familles.

Si vous êtes pour l’option 2, tapez 2. Si vous êtes pour l’option 3, tapez 3… Le positionnement obligé dans lequel le débat actuel force les acteurs, actrices et les spécialistes du sujet à trancher pourrait prêter à parodier des émissions de télé-réalité, si la question n’était pas pour le moins sérieuse. On le sait, il faut diviser pour régner. Pour le coup, la Loi de bioéthique a largement été hachée menue voire prémâchée pour nous, avant de nous arriver sur trois plateaux différents. À nous de choisir et de dire à posteriori quelle solution nous semble être la meilleure, ou la moins pire, c’est selon.

Les Enfants d’Arc en Ciel, l’asso ! n’appuiera sur aucun buzzer dans ce débat. Mais n’entend pas pour autant s’effacer devant les orientations qui s’annoncent et qui s’annoncent mal. Depuis la création de notre association, nous avons fait le choix de porter la voix et de défendre toutes les familles LGBTparentales. C’est en quelque sorte l’ADN de notre action. À la suite de la loi dite du « Mariage pour tous », nous avons pu constater combien la politique à court terme et le choix de ne pas avoir été en profondeur sur le sujet avaient laissé de nombreuses personnes sur le bord du chemin. Combien cette loi avait également permis de brèches qui insécurisent chaque jour nos familles. Nous voulons rappeler que les questions de la PMA, de la filiation et de l’accès aux origines concernent la société dans son ensemble. Bien au-delà des familles LGBTparentales. Les décisions qui s’apprêtent à être prises doivent, selon nous, s’inscrire dans une vision sociétale globale et non pas dans un patchwork d’articles censés contenter tout le monde.

Nous n’applaudirons pas l’ouverture de la PMA à tou-te-s, si cet accès n’est pas accompagné d’une stricte égalité des citoyen-ne-s français-es hétérosexuel-le-s, homosexuel-le-s et trans’ en ce qui concerne, entre autres choses,  la sécurisation du lien de filiation, la protection des personnes ayant eu recours à des PMA à l’étranger ou dites « amicales », les discriminations liées au genre ou à l’orientation sexuelle.

 

Nous n’applaudirons pas l’ouverture de la PMA à tou-te-s tel que cet accès est envisagé, c’est-à-dire comme un bricolage visant à ménager à nouveau un électorat conservateur ou à promouvoir des expertises biaisées et possiblement discriminantes à terme pour nos enfants.

La fin ne justifie pas tous les moyens. Les Enfants d’Arc-en-Ciel, l’asso ! préfère alerter sur un projet de loi qui a laissé de côté des propositions remplies de bon sens et consensuelles aux yeux des personnes concernées. Un projet de loi qui a préféré se construire sur certains rapports d’experts et des réseaux d’influence que sur les réalités que vivent quotidiennement nos familles.

Un projet de loi que nous jugeons peu réaliste et qui créera demain de nouvelles inégalités.

Nous avons conscience de prendre le parti du bras-de-fer à l’heure où beaucoup souhaitent choisir le pragmatisme. Nous l’assumons par égard aux familles que nous représentons et qui ne souhaitent pas être stigmatisées ou fragilisées davantage.

 

Contact presse : Céline CESTER, présidente – 06 75 04 96 42 – contact@enfants-arcenciel.org

COMMUNIQUE DE PRESSE – ETATS GENERAUX DE LA BIOETHIQUE – AVIS DU CCNE

5 Nov
 Les familles LGBTparentales existent et demandent à être en sécurité !

Etre en sécurité, c’est être protégé par la loi.

Nos familles ont droit à l’égalité.

L’égalité, c’est assurer à toutes les femmes un suivi médical global de qualité tout au long de leur parcours, indépendamment de leur orientation sexuelle ou de leur statut matrimonial, et quelle que soit leur situation financière. La santé des femmes ne doit plus être mise en danger dans des parcours chaotiques, entre plusieurs pays, plusieurs protocoles.

L’égalité, c’est tout simplement de cesser l’hypocrisie actuelle et régulariser dans la loi ce qui se passe déjà dans les faits en termes d’accès à la parentalité, en protégeant au mieux les personnes, adultes et enfants, par le biais de l’ouverture de l’accès à la Procréation Médicalement Assistée pour toutes les femmes.

L’égalité c’est pouvoir mener nos parcours de PMA en France et permettre à nos enfants, dès leur naissance d’avoir une filiation conforme au projet parental dont ils sont issus. L’établissement de la filiation par reconnaissance volontaire, indépendant du sexe du parent et de son statut matrimonial, protégerait enfin les enfants dès leur naissance, en sécurisant leur lien avec un parent qui, sans avoir nécessairement de lien biologique avec son enfant, n’en est pas moins à l’origine de sa naissance : étant à l’origine du projet parental, il est parent par sa volonté de l’être, par son engagement parental.

Le gouvernement doit tenir ses engagements et mettre fin à ces débats sans fin qui occasionnent des propos violents et homophobes.

Il est temps de cesser d’écouter les lobbies religieux, et donner enfin la parole aux premières concernées !

Les médias ne doivent pas oublier que les femmes sont les mieux placées pour parler de leurs parcours et de leurs familles. C’est à elles qu’il faut donner l’occasion de s’exprimer ! 

L’existence de nos familles est une réalité et ne doit pas faire débat. 

Etats généraux de la bioéthique : le site internet

24 Jan

Le 18 janvier 2018 a eu lieu le lancement officiel des états généraux de la bioéthique, en vue de la révision de la loi prévue à l’automne. Y sera notamment abordée, l’ouverture de la  Procréation Médicalement Assistée (PMA) à toutes les femmes.

Ces états généraux sont organisés à l’initiative du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE).

« Ils ont pour objet de permettre à tous de débattre largement sur les enjeux bioéthiques et ne doivent pas être restreints à des débats d’experts. » http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2017/12/cir_42790.pdf

Il est indispensable de donner la parole aux personnes concernées et nous invitons les familles et futures familles LGBTparentales à faire entendre leur voix en participant aux débats qui seront organisés par les Espaces de Réflexions Ethiques Régionaux (ERER).

Un site internet dédié permettra également de recueillir votre parole : https://etatsgenerauxdelabioethique.fr/ Le lancement officiel aura lieu bientôt, mais vous pouvez dès à présent vous y inscrire.

Nos familles ne sont pas des théories mais une réalité qu’il est urgent de prendre en compte.  Nous ne devons pas subir à nouveau la violence de discours insultants.

Familles et futures familles LGBTparentales, prenez la parole, parlez de votre quotidien afin de rendre visibles vos réalités !